Économisez de l'argent avec de meilleures pratiques et une liste d'inspection des circuits énergétiques

Avec la récession économique, de nombreux responsables d'infogérance se retrouvent face à des budgets d'exploitation et de maintenance très serrés. Les dépenses en capital pour des nouveaux équipements mécaniques HVAC ont généralement été gelées, voire supprimées.

Une façon de dégager des moyens financiers est de mettre au point l'équipement HVAC existant. Suivez les meilleures pratiques de maintenance et l'amélioration de l'efficacité opérationnelle réduira la consommation d'énergie. Les économies cumulées sur plusieurs factures d'énergie peuvent alors compléter le budget général.

Si les systèmes HVAC varient grandement en termes d'équipements et de caractéristiques opérationnelles, la liste de contrôle suivante s'applique à la plupart des principaux types d'équipements et des zones de gaspillage d'énergie.

Liste de contrôle des systèmes de vapeur :

Contrôle de l'isolation : une isolation manquante ou de mauvaise qualité coûte des milliers de dollars en utilisation de carburant supplémentaire par saison de chauffage. Utilisez une caméra infrarouge pour inspecter l'isolation du système et identifier les zones insuffisantes.

Contrôle des purgeurs de vapeur : les purgeurs de vapeur enlèvent le condensat des équipements de chauffage et de traitement. Si les purgeurs tombent en panne en position ouverte, de la vapeur très précieuse est perdue. Pour repérer un purgeur défectueux, utilisez une caméra infrarouge sans contact, un thermomètre à infrarouge ou un thermomètre avec contact pour comparer la température du purgeur à celle du tuyau sur chacun de ses côtés. La thermographie et les thermomètres infrarouges présentent des avantages évidents quand il s'agit d'inspecter des purgeurs dans des zones difficilement accessibles. Les différences de température normales à travers les purgeurs de vapeur sont d'environ 6 °C.

Contrôle des températures de l'air dans les chaufferies : une bonne combustion requiert que l'air de combustion soit compris entre des limites correctes. Utilisez un thermomètre numérique conçu pour mesurer la température de l'air ambiant et pensez à vérifier le niveau de monoxyde de carbone dans la chaufferie pour garantir la sécurité.

Autres : en plus des étapes décrites ci-dessus, vérifiez également la température de l'eau d'alimentation, la température de la chaudière au mazout et d'autres éléments comme le lubrifiant. Ces contrôles vous feront non seulement économiser de l'énergie, mais aussi de l'argent en évitant des pannes et des réparations des équipements.

Liste de contrôle des systèmes de refroidissement :

Contrôles électriques : vérifiez la tension et l'intensité des compresseurs, pour vous assurer que le moteur fonctionne aux niveaux recommandés par le constructeur.

Contrôles de température : contrôlez les températures des entrées et sorties d'air et d'eau au niveau des échangeurs thermiques pour vérifier qu'ils fonctionnent le plus efficacement possible. Les températures de l'alimentation en eau froide pour la plupart des systèmes de distribution d'eau refroidie doivent être entre 5 et 6 °C.

Contrôles de pression : utilisez un multimètre numérique avec un accessoire pour pression, afin de mesurer les pressions d'entrée et de sorties des échangeurs thermiques à coquilles et à tubes, pour vous assurer que les tubes ne soient pas souillés. L'encrassage engendre un transfert de chaleur moins important et une consommation d'énergie plus élevée au niveau du compresseur. La chute de pression à travers l'échangeur thermique (Delta P) peut se situer entre 5 et 25 psig et varie selon les constructeurs. Vérifiez également la pression du réfrigérant et des pompes pour vous assurer que les équipements fonctionnent bien aux niveaux de référence.

Contrôles de la tour de refroidissement : pour que l'équipement de refroidissement fonctionne à son niveau le plus efficace, la tour de refroidissement doit fonctionner correctement. Comme les tours de refroidissement rejettent de la chaleur à une fréquence spécifique dans l'atmosphère, utilisez un testeur de température et d'humidité pour mesurer la température et l'humidité de l'air extérieur et analyser le fonctionnement de la tour de refroidissement. Mesurez également la température de l'eau de condensation alimentant le refroidisseur. Une valeur courante est 29 °C.

Liste de contrôle du système de ventilation

Contrôles électriques : mesurez la tension et l'intensité du moteur du ventilateur et comparez-les aux indications de la plaque signalétique.

Contrôles de la température : vérifiez les valeurs suivantes au niveau des appareils de traitement de l'air :

  • Température extérieure
  • Température d'air mélangé
  • Température de reprise
  • Température de ventilation et de décharge
  • Températures de l'air de décharge au niveau de la surface du serpentin
  • Capteurs de température d'espace
  • Économiseur et clapets apparentés
  • Température du thermomètre mouillé ou capteurs d'humidité relative (HR)

Prenez des mesures avec un testeur de température portable et comparez-les à celles indiquées par le système de contrôle pour garantir sa précision. L'étalonnage des capteurs doit être une partie intégrante des programmes de maintenance.

Contrôles de la pression d'air : vérifiez les chutes de pression sur les bancs de filtres pour garantir un débit d'air approprié. Des chutes de pression excessives causeront une consommation d'énergie plus élevée que la normale. Mesurez les chutes de pression d'air sur les serpentins de chauffage et de refroidissement pour vous assurer que les serpentins soient propres. Mesurez les températures d'entrée et de sortie d'air pour vérifier que la hausse ou la chute de température est correcte.

Liste de contrôle du système d'éclairage :

Contrôles électriques : utilisez la thermographie pour contrôler l'éclairage, dont les ballasts et les températures des contacts des interrupteurs. Recherchez des points chauds et comparez les valeurs aux valeurs de référence ou aux précédentes mesures température pour évaluation.

Niveaux d'éclairement : utilisez un luxmètre pour mesurer les niveaux de lumen et de pied carré. Dès que cela est possible, réduisez le niveau d'éclairement au niveau des normes du secteur. Pensez à réduire particulièrement l'éclairement pendant les saisons où davantage de lumière naturelle est disponible.

Contrôles opérationnels : installer un multimètre enregistreur pour obtenir les niveaux d'éclairement pendant les heures inoccupées de l'installation. Cela vous aidera à identifier les zones où les lampes sont laissées allumées par inadvertance ou sans raison particulière.

Liste de contrôle du système de gestion technique du bâtiment :

Contrôles de la consommation d'énergie : utilisez un enregistreur de qualité du réseau électrique pour évaluer la tension, le courant et la consommation d'énergie en kWh de votre installation. Si possible, enregistrez la consommation d'énergie au fil du temps sur des circuits spécifiques et sur des équipements et des zones particuliers. Comparez votre consommation horaire aux tarifs facturés par votre fournisseur et ajustez les profils d'utilisation en évitant les moments de la journée très demandés et onéreux. Vérifiez également les tensions de l'alimentation du système de contrôle pour assurer un fonctionnement correct du contrôleur. Les valeurs des bus de communication du contrôleur peuvent aussi être vérifiées pour garantir l'intégrité du câblage de communication.

Système de contrôle : vérifiez que tous les capteurs et les thermomètres ont des jauges correctement étalonnées. Contrôlez également les vannes et les servomoteurs de volet. Les problèmes de servomoteurs peuvent causer une utilisation du chauffage ou du refroidissement plus élevée que la normale et donc des factures d'énergie plus coûteuses. Les tensions de sortie et les signaux de courant des servomoteurs peuvent être vérifiés à l'aide d'un simple multimètre numérique.

Contrôles de température : contrôlez les températures des entrées et sorties d'air et d'eau au niveau des échangeurs thermiques pour vous assurer qu'ils fonctionnent le plus efficacement possible. Par exemple, les températures d'alimentation en eau froide pour la plupart des systèmes de distribution d'eau froide sont comprises entre 5 et 6 °C.

Contrôles opérationnels : enregistrez la température de l'air au fil du temps, sur des périodes occupées et inoccupées, pour identifier les zones où le mode de température est erroné pendant la nuit ou les week-end, ce qui gaspille de l'énergie.

Contrôles des consignes : vérifiez la précision de toutes les consignes de contrôle de la température, de la pression et de l'humidité en enregistrant ces valeurs au fil du temps. Des imprécisions de ces contrôles peuvent gaspiller 1 % d'énergie par degrés d'erreur.