Astuces techniques : n'oubliez pas le système de mise à la terre

Prévenir les pannes et rester en sécurité

Test des systèmes de mise à la terre
Test des systèmes de mise à la terre

Une mise à la terre incorrecte non seulement augmente le risque de panne de l'équipement, mais représente également un danger. Dans un souci de sécurité, les installations disposent de systèmes électriques mis à la terre de façon à diriger le courant vers la terre en cas de foudre ou de surtension au niveau d'un équipement.

Les systèmes de mise à la terre simples sont composés d'une prise de terre insérée dans la terre. L'utilisation d'une seule prise de terre est la forme de mise à la terre la plus courante, celle que nous trouvons à l'extérieur des maisons et des lieux de travail.

Les systèmes de mise à la terre complexes sont composés de plusieurs prises de terre, de réseaux maillés ou en grille raccordés, de plaques de terre et de boucles de terre. Ces systèmes sont généralement installés dans les centrales électriques, les centrales téléphoniques et les sites de tours de téléphonie cellulaire.

Pourquoi procéder à des tests ?

Au fil du temps, les sols corrosifs à forte teneur en humidité, à forte teneur en sel et à températures élevées peuvent endommager les piquets de terre et leurs raccordements. Ainsi, la résistance d'un système de mise à la terre qui présentait de faibles valeurs de résistance de terre lors de son installation initiale peut augmenter avec la dégradation des piquets de terre.

Nous recommandons vivement la vérification une fois par an de l'ensemble des prises de terre et des raccords de terre dans le cadre de votre plan de maintenance préventive. Si le technicien identifie une augmentation de résistance de plus de 20 %, identifiez la source du problème et modifiez le système de mise à la terre pour réduire la résistance.

Qu'est-ce qu'une valeur de résistance de terre correcte ?

Les notions de mise à la terre correcte et de valeur de résistance de terre correcte ne sont pas clairement définies. Idéalement, la terre doit présenter une résistance de zéro ohm.

Il n'existe pas de seuil de résistance de terre standard reconnu par tous les organismes. Cependant, le NFPA et IEEE recommandent une valeur de résistance de terre de 5 ohms maximum.

Le NEC demande que l'impédance du système mis à la terre soit inférieure à 25 ohms (NEC 250.56). Dans les bâtiments dotés d'équipements sensibles, l'impédance doit être de 5 ohms maximum.

Le secteur des télécommunications a souvent utilisé la valeur de 5 ohms maximum comme valeur de mise à la terre et de liaison électrique standard.

L'objectif est d'obtenir la valeur de résistance de terre la plus faible qu'il est raisonnablement possible d'obtenir sur le plan économique et sur le plan physique.

Quelles sont les différentes méthodes de test ?

Il existe plusieurs méthodes de test de mise à la terre.

Le test de résistivité du sol, à l'aide de piquets, est absolument nécessaire lors de l'élaboration du système de mise à la terre pour de nouvelles installations (applications sur le terrain), afin de respecter les normes de résistance de la terre.

La méthode de test de chute de potentiel est utilisée pour mesurer la capacité d'un système de mise à la terre ou d'une prise individuelle pour disperser l'énergie d'un site. Pour effectuer le test de chute de potentiel avec mesure tripolaire, deux piquets de terre doivent être placés dans le sol en ligne droite à distance de la prise de terre.

Le test sélectif ressemble beaucoup à la méthode de test de chute de potentiel, car il fournit exactement les mêmes mesures tout en étant beaucoup plus sûr et plus facile. Avec le test sélectif, la prise de terre en question n'a pas besoin d'être déconnectée du site.

La mesure sans piquet est possible en mesurant les résistances des boucles de terre pour les systèmes à prises de terre multiples à l'aide uniquement de pinces de courant. Cette technique de test permet d'éviter deux étapes dangereuses et fastidieuses : la déconnexion des mises à la terre parallèles et la recherche d'emplacements adaptés pour la mise en place de piquets de terre auxiliaires. Vous pouvez effectuer vos tests de mise à la terre à des endroits que vous n'imaginiez pas : dans les immeubles, sur les pylônes électriques, ainsi qu'à tous les endroits sans accès à la terre.

Dans les cas où il est n'est pas possible ou pratique de mettre en place des piquets de terre, vous pouvez effectuer des mesures de la résistance/continuité de la terre à 2 pôles. Pour effectuer ce test, les techniciens doivent avoir accès à une mise à la terre sûre telle qu'une canalisation d'eau entièrement métallique.

Autres ressources