Une pente glissante ? Pas pour les technologues spécialistes de glace de Curling

10-24-2014 | HVAC

Créer des conditions idéales pour la rencontre

Dave Staveteig, technicien en chef de la glace pour USA Curling, utilise le thermomètre infrarouge Fluke 62 pour vérifier la température de la pierre de curling. La température joue un rôle important dans l'interaction entre la glace et les pierres en granit.

C'est un jeu de précision ultime qui se joue avec une pierre de granit de 18 kg, où le moindre changement dans l'impulsion ou la trajectoire peut assurer la victoire... ou la défaite. Et le succès de toute action commence et se termine par la glace. Elle doit être à la hauteur.

Pour Shawn Olesen et Quentin Way, techniciens de la glace bénévoles pour USA Curling,obtenir une glace de qualité pour une compétition de curling peut être un défi, ou une opportunité. Tout dépend de la manière de voir les choses.

Partir sur de bonnes bases

Le curling ne peut pas exister sans le froid, ce n'est donc pas surprenant que Shawn, Quentin et le technicien en chef de la glace de USA Curling, Dave Staveteig, soient basés dans le Dakota du Nord.

Les préparatifs en vue d'une compétition importante de curling, comme le US Junior Championships qui a lieu au Granite Curling Club dans le nord de Seattle, commencent littéralement sur une bonne base... de glace.

Qu'est-ce qui fait une glace idéale ? L'objectif est d'assurer une « cohérence pendant toute la rencontre, répond Olesen, pour permettre aux joueurs d'avoir toutes les cartes en main et qu'ils ne se restreignent pas à cause des conditions du terrain. Il faut que les joueurs puissent effectuer la même action et à la même vitesse au début comme à la fin du jeu ».

Plusieurs jours avant la rencontre, Dave, Shawn et Quentin commencent à peindre la glace, à appliquer une couche fraîche d'eau et à s'assurer que la piste est parfaitement plane. Des gouttelettes d'eau sont vaporisées sur la surface de jeu, où elles gèlent pour former les « pitons » qui jouent deux rôles importants. Pour aplanir la piste, les pitons sont réduits sur les parties les plus élevées, mais restent visibles pour que l'on puisse déterminer où la glace est plus basse et donc où l'eau doit être ajoutée. Lorsque la piste est terminée, les pitons sont vaporisés pour permettre à la pierre de glisser facilement et minimiser le frottement.

Trop humide ? Trop sec ?

Obtenir et maintenir une glace de qualité est un défi multidimensionnel. Le système de réfrigération de l'installation contrôle la température de la piste de glace, mais la technologie et la capacité de ces systèmes peuvent varier considérablement. Lorsqu'un match commence et que de nombreux joueurs commencent à se déplacer énergiquement d'un bout à l'autre de la piste, ils déplacent de l'air et génèrent de la chaleur. L'équipe de gestion de la glace anticipe cet effet en mettant en route le système de refroidissement pour maintenir la glace à des températures optimales.

La température est un facteur essentiel. Trop élevée, la glace ramollit ; trop basse, la glace sera trop cassante. La température idéale, selon Way, est de -4,7 °C.

Gérer la température et l'humidité de l'air est également primordial. La glace est un élément à la fois solide et liquide, elle est pratiquement vivante. Elle peut bouger, grossir (lorsque du givre se forme à partir de l'humidité de l'air), ou s'évaporer et rétrécir, lorsque l'air est trop sec.

« Nous vérifions constamment le point de rosée, pour empêcher le givre de se former sur la surface de jeu, dit Olesen. S'il est possible de contrôler la température et l'humidité, nous le faisons. »

« Le point de rosée idéal doit correspondre à la température de la surface de la glace, selon Way. Lorsque le point de rosée descend à -7,8 °C ou -17,8 °C, il y a une perte de surface de glace. » Lorsque le système HVAC d'une installation n'est pas à même de fournir les conditions satisfaisantes (de nombreuses installations dans le nord du pays n'ont pas de climatisation appropriée pour compenser la chaleur ambiante), ce n'est pas au goût de l'équipe de gestion de la glace.

« Le piton peut se détériorer et se briser en cas de frottement trop intense, dit Olesen. Des problèmes de givre peuvent avoir lieu, et la glace peut évoluer pendant le match. » Si la température de la glace augmentait d'un seul degré, la qualité de la glace pourrait être réduite à néant à la moitié du match, ajoute Way.

Les conditions extérieures peuvent avoir des conséquences à l'intérieur. Lorsque les températures extérieures descendent à -6,6 °C à Fargo, selon Quentin Way, ouvrir les portes permettrait de rafraîchir le bâtiment et la piste de glace. Mais en cas de neige mouillée à l'extérieur, ouvrir les portes ferait entrer de l'air humide et pourrait entraîner des problèmes de givre.

La répartition de l'air peut également constituer un défi à l'intérieur. Le nombre de radiateurs présents, les lieux où ils sont situés et la manière dont ils dirigent l'air sont des facteurs qui peuvent avoir des conséquences sur la glace. Certaines installations envoient de la chaleur vers le centre de la piste, alors que d'autres la dirigent vers un côté. Pour comprendre comment cela peut affecter le jeu et pouvoir prendre des dispositions, il est essentiel que les techniciens de la glace voient ce qu'il est en train de se passer.

L'importance des mesures

Le contrôle de la glace est basé sur les mesures, les techniciens de la glace enregistrent les valeurs concernant l'air, la glace et la température de refroidissement et l'humidité pendant toute la durée de la compétition.

« Il y a encore 5 ans, il y avait un thermomètre au milieu de la piste, dit Olesen, et quelqu'un devait aller le vérifier toutes les 10 ou 15 minutes »

Obtenir la version PDF de « Une pente glissante ? Pas pour les technologues spécialistes de glace »

« Si la température de la glace augmentait d'un seul degré, la qualité de la glace pourrait être réduite à néant à la moitié du match »