Câbles de transmission électrique

  • Appareils de mesure : multimètre d'isolement Fluke 1587
  • Opérateur : installation électrique à Singapour
  • Tests effectués : test de résistance d'isolement des câbles, continuité, tension

Lorsque l'électricité est transmise et distribuée des centrales électriques aux utilisateurs finaux, elle traverse de nombreuses sections de câbles à basse tension (inférieure à 1 000 V) et à haute tension (à Singapour, cela correspond à une tension supérieure à 1 000 V). En plus de ces câbles de transmission, des câbles pilotes (composés de 5 ou 10 paires de câbles à code couleur) sont utilisés pour connecter les sorties secondaires des transformateurs de courant (CT) déployés aux deux extrémités des stations de transmission (aussi appelées sous-stations).

Pour protéger l'équipement essentiel et empêcher l'aggravation des défauts pouvant affecter le réseau de transmission dans son ensemble, ces câbles pilotes ont pour objet de détecter tout déséquilibre entre les paires de transformateurs de courant correspondantes, ce qui est synonyme de conditions d'erreur. Même si une seule paire de câbles est nécessaire pour effectuer les connexions, la planification des opérations et de la redondance nécessite au minimum trois paires de câbles fonctionnels à tout moment.

Il est impossible d'utiliser un seul câble pour couvrir l'immense distance entre les deux sous-stations. Par conséquent, de nombreux joints sont formés pour connecter ensemble les différentes sections de câble Ces joints sont les points faibles du système car ils sont sujets aux défaillances causées par des facteurs environnementaux, comme la contrainte thermique ou l'absorption d'humidité. Les défaillances se manifesteront lorsque les valeurs de courant prises sur le secondaire du transformateur de courant s'écartent des mesures de courant primaires proportionnelles.

Lorsqu'une telle défaillance est signalée, on fait appel à l'équipe de maintenance de l'installation pour corriger la panne. Les membres de l'équipe doivent se rendre à la sous-station d'une des extrémités pour isoler le transformateur de courant et le câble pilote affectés. Puis ils doivent se rendre à la sous-station de l'autre extrémité pour vérifier la résistance d'isolement du câble pilote. Dans cette situation, la résistance d'isolement acceptable est d'un minimum de 10 Mohms avec une tension DC appliquée de 500 V.

Ils en profitent également pour vérifier la paire de câbles utilisée, ainsi que les 4 ou 9 paires restantes dans le même bloc de câbles pilotes et s'assurent qu'au moins trois paires sont fonctionnelles. Comme certains câbles peuvent présenter des dommages permanents, il est possible que des câbles de différentes couleurs aient été mélangés pour obtenir le minimum de 3 paires fonctionnelles. L'équipe doit donc vérifier les paires d'interconnexions exactes. On appelle cette tâche la « mise en phase ». Cela est effectué en vérifiant la continuité des paires de câbles respectives. Lorsque le défaut de joint est prouvé, ceui-ci est coupé et un câble court est rajouté : deux nouveaux joints sont alors formés.

Ensuite, la résistance d'isolement et la « mise en phase » doivent être vérifiées pour s'assurer de l'absence d'anomalie.

En plus d'être effectués sur les défaillances signalées, ces mêmes tests peuvent être nécessaires sur les nouvelles extensions de câbles, ou les dérivations de câbles dues à des travaux d'ingénierie (par exemple, le développement d'un nouveau projet de logement). Le temps est un élément essentiel à prendre en considération car l'équipe de maintenance est constamment sous pression pour effectuer le dépannage et les réparations en un temps minimum. Les membres de l'équipe trouvent que le multimètre d'isolement Fluke 1587 est un outil très polyvalent car il permet d'effectuer des tests de résistance de l'isolement ainsi que des mesures de tension et des contrôles de continuité.

Pour tester les équipements, câbles et systèmes de commutation à haute tension, l'équipe s'appuie sur le MégOhmMètre 5 kV Fluke 1550B.