Astuces techniques : sécurité dans une centrale d'enrobage

09-01-2014 | Sécurité

S'écarter d'un risque d'arc électrique

Jeff Conover, responsable des performances de l'asphalte chez OldCastle Materials

C'était un pépin embêtant : un problème intermittent qui déclenchait le disjoncteur et interrompait l'alimentation 480 V de l'un des deux moteurs de ventilateur 100 chevaux entraînant le système de filtration de la poussière dans une centrale d'enrobage de l'Ohio.

Mais ce n'était pas un problème de sécurité majeur. Du moins c'est ce qu'il semblait.

Pour Jeff Conover, responsable des performances de l'asphalte pour Oldcastle Materials, il fallait trouver la cause et faire tourner l'usine correctement.

La Sécurité a dépassé les attentes de Conover lorsque lui et le contremaître et électricien de l'usine Charlie West ont verrouillé et étiqueté le centre de commande des moteurs et ont paramétré leurs tests. Et l'équipe avait un avantage en termes de sécurité : un système de diagnostic sans fil Fluke CNX™ (ce produit a été remplacé par Fluke Connect®).

« Cela a littéralement provoqué l'explosion de la section surcharge thermique du démarreur du moteur ».

« Ce jour-là, nous avons commencé à avoir de plus en plus de problèmes sur le ventilateur extracteur de notre sac filtrant (filtre à poussières) », a déclaré Conover. « Le ventilateur extracteur possède deux moteurs de 100 chevaux. Nous avons déclenché les surcharges sur l'un des moteurs. Nous avons supposé qu'un moteur était endommagé. Nous avons remplacé le moteur et le problème a persisté. Nous avons poursuivi le diagnostic et nous étions sur le point de contrôler les ampères pour voir quelle phase entraînait les déclenchements. C'est alors que nous avons mis le système Fluke CNX en marche. Lorsque nous avons enclenché le bouton de démarrage la fois suivante, l'explosion s'est produite. »

Explosion ?

« Nous nous tenions dans la cabine de commande », dit-il. « Nous étions tous sortis du centre de contrôle des moteurs. Nous avons demandé à l'opérateur de l'usine de monter et de mettre en route le ventilateur d'échappement. Dès qu'il a appuyé sur le bouton de démarrage, un petit coup de fusil arrière provenant du centre de commande s'est fait entendre. Quelque chose avait brûlé, ou brillait. J'ai d'abord pensé que j'étais content que personne ne soit dans la pièce.

Ma deuxième pensée était que le CNX, même si nous n'avions obtenu aucun relevé, avait fait ce qu'il était supposé faire. Nous avons pu quitter le centre de contrôle des moteurs et nous mettre à l'abri avec le CNX car nous avons pu lire l'instrument sans être sur place.

L'équipe était sortie de la pièce et se trouvait à 4,5 mètres de distance, elle n'a donc pas vu l'arc électrique, mais les dommages observés quand ils sont revenus étaient évidents.

« Le maillon le plus faible de notre circuit était les surcharges thermiques dans le centre de contrôle des moteurs », a affirmé Conover. « Au moment du court-circuit, la section surcharge thermique du démarreur du moteur a littéralement explosé. Il a de fait brûlé les surcharges elles-mêmes sur plusieurs parties. La surcharge thermique a dû être complètement remplacée avant que nous n'ayons pu la faire fonctionner à nouveau.

Cause, chance et préparation

« Nous avons découvert que le câble du cordon du moteur sortant de celui-ci, à probablement une trentaine de mètres de la salle de contrôle, a provoqué un court-circuit interne d'une phase vers la terre... provoquant l'arrivée de l'arc électrique dans le centre de commande des moteurs », a déclaré Conover. En remontant le câble, l'équipe a trouvé un point chaud sous l'isolation lors du court-circuit. Conover estime à plus de 20 ans l'âge du câble défaillant, situé en extérieur.

Conover attribue à la chance le moment où le court-circuit s'est produit : il s'est simplement produit pendant qu'un test était en cours. Si personne n'a été blessé ? C'était grâce aux bonnes pratiques de sécurité et à l'utilisation d'un équipement approprié.

« La chance ne tenait qu'au moment où il s'est produit », a-t-il déclaré. « Cela vous permet également de comprendre que même si le court-circuit était à 30 mètres, cela n'indique en rien l'endroit où l'arc électrique allait se produire. Il survient au niveau du maillon le plus faible, et nous ne savons pas toujours où ce maillon faible se trouve. »

La sécurité dans une centrale d'enrobage (.pdf)