Gérer des machines qui exploitent toute la gamme des processus de fabrication

L'envers du décor chez L&L Products

Derek Forsythe de L&L Products avec un outil de diagnostic Fluke
« Nous adaptons souvent une machine « standard » pour exécuter nos formulations spécialisées ou traiter des caractéristiques spécifiques de nos processus

Chaque fois que vous roulez sur l'autoroute ou volez à 9 144 mètres (30 000 pieds), il y a de grandes chances pour que votre voyage soit en partie rendu possible par des technologies de L&L Products. L&L vous offre une expertise unique en matière d'étanchéité statique, d'acoustique, de réduction des vibrations et de composants composites utilisés dans l'automobile, l'aérospatiale, les grands véhicules commerciaux et autres applications industrielles. En tout juste 15 ans, la société s'est vu attribuer plus de 200 brevets pour des formulations de matériaux, conceptions mécaniques et processus de fabrication.

L&L dispose d'installations de production aux États-Unis, en Europe, en Chine, en Inde, en Australie, en République Tchèque, en Turquie et au Brésil, de points de vente dans dix-sept pays et de bureaux d'étude dans quinze de ces pays. Plusieurs de ces sites ont également des groupes de R&D et chacun a sa propre équipe d'assistance à la production afin de s'assurer que tous les processus répondent aux normes les plus strictes. Dans son siège américain de Romeo, Michigan, cette tâche est réalisée par des ingénieurs chargés du contrôle et une équipe de techniciens chargés de la réparation et de la maintenance des machines.

Produits et processus souples

Bien que les produits L&L soient classés comme caoutchoucs et plastiques, le processus de fabrication est très différent de celui des fabricants habituels de caoutchouc et de plastiques. L&L conçoit ses produits pour qu'ils s'activent aux températures de fours de durcissement de peinture de ses clients, qui sont bien inférieures à celles de la plupart des caoutchoucs et plastiques. La souplesse et la taille sont d'autres éléments importants de la conception. Les machines exécutent plusieurs configurations différentes, donc elles doivent être assez souples. De plus, avec le coût élevé des ateliers de fabrication, chaque machine doit avoir un encombrement au sol aussi réduit que possible.

Les installations de Romeo couvrent 18 580 mètres carrés (200 000 pieds carrés) et fabriquent des formulations chimiques, façonnent ces formulations et les assemblent en des pièces. Leurs clients utilisent ces pièces pour étanchéifier, amortir le bruit, les vibrations et réduire la rugosité, ainsi que pour améliorer l'intégrité structurelle. L'usine fabrique également des produits qui protègent les équipements industriels contre les températures élevées et fabrique des réducteurs de bruit et composants structurels légers et fins pour l'industrie aérospatiale.

Élargir le champ des possibles

Derek Forsythe, Ingénieur en commandes électriques pour L&L, et son équipe consacrent la plupart de leur temps à l'assistance des équipements de l'atelier de fabrication et à gérer l'adaptation et la mise à niveau de ces machines. Les machines exploitent toute la gamme des processus de fabrication.

Rechercher un signal 24 V sur un contacteur de niveau avec un Fluke 289
Rechercher un signal 24 V sur un contacteur de niveau avec le Multimètre enregistreur TRMS industriel Fluke 289 avec TrendCapture.

« Nos équipes R&D et développement produit essayent toujours de trouver de nouvelles manières de résoudre les problèmes de nos clients, ce qui signifie que nos machines doivent parfois être modifiées pour réaliser ces modifications », a déclaré Forsythe. « Nous adaptons souvent une machine « standard » pour exécuter nos formulations spécialisées ou traiter des caractéristiques spécifiques de nos processus. Par exemple, nous pouvons avoir à ajouter un circuit de chauffage, à agrandir une machine d'extrusion pour une plus grande capacité de mélange, ou à ajouter une alimentation produit. »

Les outils Fluke, allant des testeurs électriques T5-1000 aux multimètres numériques (DMM) Fluke 87 série III et Fluke 289 , jusqu'à l'oscilloscope ScopeMeter® 199c, jouent un rôle important pour Forsythe et son équipe. Il a d'abord connu les instruments de mesure Fluke au lycée et a eu son premier Fluke 87 pour Noël à l'âge de 15 ans, il y a plus de vingt ans.

« Il revient à la personne de choisir les outils de diagnostic qu'elle veut utiliser, mais lorsque quelqu'un ici a besoin d'un nouvel outil de diagnostic, il contacte l'ingénierie et notre premier choix est habituellement Fluke », a déclaré Forsythe.

Maintenir la précision des températures

La plupart des produits L&L sont soumis à un traitement thermique, donc le dépannage de relais statiques et au mercure, d'appareils de contrôle du courant et de contrôleurs de température est une partie importante du travail. La société utilise à la fois des signaux analogiques 0 à 10 V et 4 à 20 mA, donc l'équipe d'assistance a besoin de mesure des tensions DC et du courant ainsi que tout bruit électrique associé à ces signaux.

Pour cela, Forsythe utilise l'oscilloscope 199c Fluke. « Le ScopeMeter® est parfait pour contrôler le bruit et comparer deux signaux en fonction du temps », déclare Forsythe. « Je l'utilise pour comparer le signal de commande « marche » du circuit de chauffage avec le signal envoyé à l'automate depuis le circuit de contrôle du courant. » Il utilise également son outil de diagnostic ScopeMeter® pour comparer l'entrée de la bobine du relais avec le contact de sortie pour vérifier si les contacts d'un relais s'activent et se désactivent lorsque la commande est envoyée à la bobine.

Les circuits non contrôlés par automate nécessitent un peu plus de dépannage. « Nous utilisons un Fluke T5–1000 pour mesurer la tension vers le circuit d'alimentation avant et après les fusibles, et pour mesurer la tension sortant des relais statiques, mécaniques ou au mercure », déclare Forsythe. « Nous l'utilisons également pour mesurer la résistance sur les éléments chauffants afin de rechercher les circuits ouverts et les courts-circuits, afin de mesurer le courant lorsqu'une commande de « marche » est envoyée à l'élément chauffant, et pour vérifier le bon fonctionnement des thermocouples. »

Dépannage polyvalent exigé

Tester un panneau de relais statique avec un Fluke T5
Tester un panneau de relais statique avec le testeur de courant, de continuité et de tension Fluke T5..

Pour dépanner des dysfonctionnements d'appareils sur le terrain comme les clapets ; les capteurs de proximité, de pression et optiques et les interrupteurs ; et les moteurs AC et DC, l'équipe d'assistance à la production utilise les multimètres numériques Fluke 87 III ou 289. « Lorsqu'un appareil basse tension comme un interrupteur, un capteur ou un clapet ne fonctionne pas, je commence habituellement par la fin de la ligne, en m'assurant que la bonne puissance est présente et travaille en remontant via tous les points de terminaison et enfin jusqu'à la terminaison finale, la carte E/S de l'automate, un relais ou un fusible, », déclare Forsythe. « Les outils Fluke sont robustes, fiables et disposent de plusieurs options de pistes qui nous aident à diagnostiquer des problèmes avec un niveau élevé de confiance dans leur précision et leur sécurité. »

Avec les appareils et moteurs à courant plus élevé, Forsythe commence au niveau de la source d'alimentation principale et mesure la tension et le courant traversant le circuit jusqu'à l'appareil final. Un circuit de chauffage qui chauffe trop indique habituellement qu'un relais statique est resté bloqué en position activé ou qu'un clapet d'eau de refroidissement a une électrovanne défaillante ou un fusible qui a sauté. Un circuit de chauffage trop froid est souvent dû à un fusible qui a sauté, un relais statique défaillant ou un élément de chauffage ouvert. « De temps en temps, un clapet de refroidissement restera mécaniquement bloqué en position « marche ». Mesurer la tension qui traverse l'électrovanne me dira si elle reçoit la commande d'ouverture, » déclare Forsythe.

Lorsqu'il s'agit de dépanner des variateurs de fréquence et des servomoteurs, Forsythe utilise un Fluke 289 pour contrôler sur les moteurs les circuits ouverts, les fils en court-circuit ou les courts-circuits à la terre. Il l'utilise également pour mesurer l'alimentation AC entrante, le bus DC et l'étage de sortie de l'entraînement pour rechercher les phases équilibrées.

« J'utilise Fluke car les produits sont fiables et l'assistance est excellente », déclare Forsythe. Pour démontrer ce qu'il entend par fiabilité, Forsythe a toujours ce Fluke 87 qu'il a eu pour Noël il y a quelques dizaines d'années et qu'il transmet à la génération suivante. « J'ai utilisé mon Fluke 87 il y a quelques mois pour apprendre à mon fils comment utiliser un multimètre pour lire la tension et l'intensité du courant pour son projet de sciences, qui impliquait de tester la tension de sortie et le courant produit par des pommes, des oranges, des pommes de terre et un pamplemousse. Je m'en suis également servi pour apprendre à mes louveteaux et scouts Webelos comment lire la tension pour leurs badges d'activité Science et ingénierie, » a déclaré Forsythe.

Nous sommes impatients d'avoir des nouvelles de ces nouveaux utilisateurs dans les années à venir.