Évaluer l'humidité relative : facteurs et mesures clés

04-24-2012 | HVAC

Comprendre la relation entre la température au thermomètre sec, la température au thermomètre mouillé, l'humidité relative et la température du point de de rosée est primordial pour tous les aspects de la climatisation. Toutes ces caractéristiques psychrométriques influencent grandement l'intégrité des bâtiments et des matériaux, le confort et la santé des occupants, et la qualité globale de l'air intérieur.

Pour évaluer l'humidité relative, la température au thermomètre mouillé et le point de rosée, les techniciens HVAC utilisaient traditionnellement un psychromètre à fronde et un diagramme psychrométrique. De nos jours, ils utilisent des hygromètres précis et plus pratiques, utilisables dans des lieux confinés auxquels les psychromètres à fronde sont inadaptés.

Testeurs de température et d'humidité

À partir des mesures de température au thermomètre sec et d'humidité relative, les testeurs de température et d'humidité comme le Fluke 971 peuvent mesurer les températures au thermomètre mouillé et du point de rosée, informations psychrométriques essentielles à l'évaluation et au diagnostic des systèmes HVAC.

  • Le thermomètre mouillé est étroitement lié à l'enthalpie, ou la chaleur totale présente dans l'air (thermomètre sec et thermomètre mouillé). Dans un diagramme psychrométrique, les lignes du thermomètre mouillé sont presque parallèles aux valeurs d'échelle de l'enthalpie. La température de retour du thermomètre mouillé est nécessaire au chargement précis d'un système de refroidissement qui intègre un appareil de mesure à réducteur fixe.
  • Les températures du thermomètre mouillé d'alimentation et de retour dans un évaporateur peuvent être utilisées avec un diagramme psychrométrique ou un tableau d'enthalpie pour calculer la capacité totale de refroidissement, les capacités sensible et latente, et le ratio S/T (ratio sensible/latent).
  • Il est possible d'obtenir la chaleur totale en multipliant pcm x 4,5 x différence d'enthalpie dans l'évaporateur (Qt = pcm x 4,5 x Δh).
  • Le refroidissement sensible vs. latent et le ratio S/T peuvent être obtenus en traçant les conditions sur un diagramme psychrométrique ou à l'aide d'un calculateur psychrométrique.
  • Le point de rosée est important dans les évaluations à la fois en été et en hiver. La température de la surface de la conduite doit être maintenue au-dessus du point de rosée afin d'éviter la condensation à l'intérieur ou à l'extérieur des espaces climatisés.
  • En hiver, l'humidité relative intérieure doit être suffisamment basse pour que la température de la surface des fenêtres et des murs n'atteigne pas le point de rosée. Si de la condensation apparaît sur les fenêtres ou les murs, il est très probable que de la condensation soit cachée dans les enveloppes murales.

Adoption de normes

De nombreux états ont adopté les normes ANSI/ASHRAE 552004 sur l'humidité et 622004 sur l'IAQ (qualité de l'air intérieur) dans leurs normes de constructions. Puisque ces normes ont été adoptées récemment, il est possible que les inspecteurs et les prestataires doivent mettre à jour leurs méthodes pour être en conformité avec les nouvelles exigences.

Pour obtenir des détails concernant les normes et les techniques de mesure qui s'appliquent au confort relatif, aux niveaux d'humidité, aux champignons et à la condensation ; et pour obtenir une description des termes et des ressources liés, veuillez télécharger l'article complet