Pourquoi l'imagerie thermique est essentielle pour détecter les dommages de l'humidité

06-20-2013 | Thermographie

Avec la préoccupation croissante pour les dommages dûs aux moisissures et les problèmes de santé associés, les inspecteurs sont de plus en plus vigilants lorsqu'ils contrôlent des zones humides dans les confins de l'enveloppe d'un bâtiment. Les dommages liés aux intempéries et les inondations, ainsi que le développement de moisissures qui suit, ont également exacerbé le besoin d'outils qui peuvent faciliter des études rapides et précises de l'humidité.

Humidité dans une résidence.

De nombreuses zones où de l'humidité peut s'accumuler sont souvent négligées dans les processus d'inspection habituels, ou nécessitent d'endommager la propriété pour les découvrir. C'est pourquoi nombreux sont ceux qui se tournent vers l'imagerie thermique dans le cadre de leur régime d'inspection de bâtiments.

L'utilisation de caméras infrarouges (ou de caméras thermiques) pour détecter l'humidité et les défaillances de bâtiments est une pratique relativement nouvelle, mais en croissance rapide, pour l'inspection et les assurances. Par le passé, la technologie infrarouge a été utilisée avec succès pour détecter des défaillances dans des toits, ainsi que dans le secteur de la restauration après un incendie ou une inondation.

Comme les caméras infrarouges sont davantage disponibles et abordables, elles sont rapidement introduites dans ce qui est souvent appelé les « enquêtes techniques sur les bâtiments ». Avec la technologie disponible aujourd'hui, les entrepreneurs de l'industrie de la construction peuvent combiner l'imagerie thermique à leurs compétences en inspection de bâtiments pour réaliser des évaluations plus sensées et plus précises et ont l'avantage supplémentaire d'accroître leur activité.

De nombreux assureurs ont pour leur part à présent accepté l'utilisation de l'imagerie thermique pour identifier l'humidité dans les murs intérieurs. Avec les images thermiques, ils peuvent mieux détecter les dégâts des eaux, limiter les événements imprévus et les demandes ultérieures de réductions supplémentaires. Une caméra thermique peut révéler la présence d'eau sous une surface grâce aux propriétés comme la capacitance thermique, qui est la méthode normale choisie lorsqu'on recherche des défaillances dans des toits plats ou à faible pente. L'effet de refroidissement par évaporation est habituellement l'indicateur le plus efficace lorsque de l'humidité pénètre dans des chevrons, dans l'isolation ou d'autres composants des murs intérieurs.

Voici quelques bases que vous devez connaître concernant les processus d'inspection par imagerie thermique et les bonnes pratiques pour quiconque intéressé par l'ajout de l'imagerie thermique à son offre de services.

Imagerie thermique dans les enquêtes techniques sur les bâtiments

Les enquêtes techniques font partie des applications les plus courantes de l'imagerie thermique. C'est le processus de découverte des défaillances de bâtiments, que ce soit pour un propriétaire se plaignant d'une fuite dans le toit ou pour recueillir des données dans l'optique de poursuites. Les domaines typiques où l'on peut trouver des défauts sont les toits à faible pente, les problèmes électriques, les défaillances de plomberie ou de système HVAC, les défaillances d'isolation ou la pénétration d'eau à cause de composants externes défaillants.

De nombreuses composantes d'une enquête technique relative à une défaillance de bâtiment ou à des problèmes d'humidité peuvent utiliser une combinaison de techniques d'inspection traditionnelle et de caméras infrarouges. Bien que les caméras infrarouges puissent ne pas répondre à toutes vos questions, elles peuvent faire gagner beaucoup de temps et d'argent au propriétaire du bâtiment, et aider à mettre le doigt plus rapidement et plus précisément sur les problèmes.

À titre d'exemple, imaginez un propriétaire d'immeuble qui remarque de l'eau sur un tapis à proximité d'une fenêtre. Les méthodes d'enquête traditionnelles peuvent comprendre le « suivi » avec un instrument de mesure de l'humidité invasif ou un instrument de mesure de l'humidité plus récent, non invasif. Cette méthode tente de déterminer si l'eau pénètre par le mur, la fenêtre ou s'écoule de la cavité du mur depuis un autre point d'infiltration.

Au final, elle nécessiterait davantage de moyens d'investigation invasive : par exemple, découper la cloison sèche pour tenter de trouver la fuite, ouvrir les enveloppes extérieures pour rechercher des détails frappants, puis ajouter de l'eau afin de reproduire le comportement.

Avec une caméra infrarouge, vous pouvez rapidement et de manière non invasive vous rapprocher de la zone probable pour facilement identifier les anomalies créées par le refroidissement d'humidité d'évaporation. Dans l'exemple du tapis ci-dessus, si l'eau venait de la ligne de toiture ou d'une autre zone de transition du plafond, vous devriez voir l'anomalie en de multiples emplacements ou une anomalie continue du plafond jusqu'au sol. Au final, l'étude de la fuite peut tout de même nécessiter une action invasive, mais la caméra infrarouge arrive à ce stade bien plus rapidement et avec moins d'intrusions dans l'enveloppe du bâtiment.

Encadrer une investigation

Souvent, une demande d'inspection infrarouge arrive après les faits, donc vous ne pouvez pas voir le problème dans des conditions optimales. Lorsque cela se produit, il peut être nécessaire de réintroduire de l'eau dans la zone probablement affectée. Cependant, avant de commencer, préparez-vous à répondre à quelques questions que votre client pourra avoir. Voici quelques questions fréquemment posées :

  • Et si la fuite sèche avant que vous n'arriviez ?
  • Ne pouvez-vous mener des investigations IR qu'après qu'il a plu ?
  • Pouvez-vous voir à travers n'importe quoi (béton, stuc, revêtement) ?
  • Combien de temps faut-il compter ?
  • Combien cela coûte-t-il ?

En même temps, vous devriez poser les questions suivantes à l'occupant :

  • Quel âge a le bâtiment ? (Cela donne une idée du type de défaillance.) 
  • Quand avez-vous remarqué un problème pour la première fois ? Était-ce pendant une pluie torrentielle ? Était-ce un orage ? Ne remarquez-vous le problème qu'après plusieurs jours de pluie ?
  • Si c'est un mur extérieur, et que la pluie n'est pas impliquée, est-ce que l'aménagement paysager court contre le même mur ? Y a-t-il une coloration extérieure due à l'arrosage ?
  • Est-ce un bâtiment à plusieurs étages ? Est-ce directement sous une salle de bain ou une cuisine ?
  • Quel type d'accès se trouve autour de la zone affectée ? (c'est-à-dire est-ce un bâtiment à 3 ou 4 étages ?) 
  • A-t-il un aménagement paysager étendu ?

Avez-vous réalisé des réparations récemment ? (par exemple rénovation de toiture, peinture, HVAC, etc.).

L'histoire que vous apprendrez du bâtiment vous dirigera vers la zone où débuter le test à l'eau. Il est souvent nécessaire de parler avec le véritable occupant et, dans certains cas, avec des voisins qui vivent au-dessus ou à côté de la propriété.

Commencer l'investigation et le test à l'eau

L'étape suivante consiste à préparer l'intérieur pour minimiser les dégâts supplémentaires et documenter la zone affectée dans son état existant « avant le test » en utilisant des photographies numériques et thermiques accompagnées d'une brève description.

Pour réintroduire de l'eau dans une zone affectée, commencez toujours en bas et travaillez en remontant, à moins que les preuves de l'enquête préliminaire ne montrent de l'humidité venant du haut (c'est-à-dire que le toit et le plafond sont les zones affectées).

Consignez toujours les heures de début et de fin et mettez de l'eau à chaque emplacement par incréments de huit à dix minutes. Vous ne devriez pas dépasser 30 à 45 minutes de test à l'eau sur une zone spécifique.

Une fois que vous avez reproduit la fuite, arrêtez le test à cet emplacement. Cependant, continuez à remonter le mur extérieur pour confirmer qu'il n'y a pas plusieurs emplacements. Prenez des notes ou enregistrez vocalement les mesures que vous prenez et réalisez une brève description de chaque thermogramme. Cela est important car si les photographies numériques peuvent être facilement identifiables, les thermogrammes peuvent n'avoir aucun sens plus tard sans les notes. (Les caméras thermiques Fluke offrent des images thermiques et numériques IR-Fusion® à l'écran, pour résoudre ce problème. Certaines vous permettent également de joindre des enregistrements vocaux à des images enregistrées.)

Surveiller la météo

Il est également important de choisir le moment optimal pour tester et pour maintenir un bon contrôle de la température. Gardez à l'esprit le fait que plus l'écart de température entre l'extérieur et l'intérieur de l'enveloppe du bâtiment est important, meilleurs seront les résultats thermiques. Ainsi, pour assurer un test thermique réussi, adaptez votre enquête pour vous ajuster aux conditions météo. Par exemple, si le temps est très froid dehors, augmentez les températures de l'intérieur du bâtiment en allumant le chauffage.

Un climat chaud est excellent pour les investigations thermiques, car la climatisation refroidit l'intérieur du bâtiment. L'eau utilisée pour les tests tend également à être plus froide, créant une variation de température plus importante et donc générant de meilleures images thermiques.

Les extérieurs comme le stuc sont plus poreux, absorbants et retiennent l'humidité, donnant de meilleurs clichés d'extérieur que les revêtements, qui masquent l'eau derrière des planches épaisses. Vous pouvez également utiliser de l'eau chaude sur des extérieurs froids, mais il est plus difficile d'en appliquer suffisamment pour localiser le problème.

Comptez sur l'expérience des spécialistes du bâtiment

Même lorsque vous identifiez des zones problématiques, parler à des experts ne fait pas de mal. Les anomalies des enveloppes de bâtiments peuvent apparaître assez facilement, mais si vous n'avez pas d'expérience dans le bâtiment, envisagez de vous associer à un expert en bâtiment pour vous aider à interpréter les résultats. Évitez d'en dire trop sur site avant d'avoir vérifié chaque emplacement. Gardez vos commentaires pour le rapport, car tout commentaire formulé peut être facilement mal interprété par un profane ou le propriétaire du logement, ce qui pourrait poser des problèmes plus tard. Enfin, n'oubliez pas de laisser la résidence dans le même état, ou en meilleur état qu'avant d'y être arrivé.

Comme l'intérêt pour l'imagerie thermique dans la détection de dommages liés à l'humidité augmente, il est temps pour les techniciens de rattraper la technologie et de l'utiliser. Non seulement, cela vous permettra d'élargir votre offre commerciale, mais vous aidera aussi à minimiser les dommages à la propriété actuelle et à vous faire économiser des heures, avec de meilleurs résultats à présenter.

Bénéficiez d'une démonstration gratuite